Notre Dame d'Alet

Pape François et la guerre en Ukraine

À l’issue de l’Angelus du 13 mars 2022

Frères et soeurs, nous venons de prier la Vierge Marie. Cette semaine, la ville qui en porte le
nom, Mariupol, est devenue une ville martyre de la guerre déchirante qui dévaste l’Ukraine.
Devant la barbarie du meurtre d’enfants, d’innocents et de civils sans défense, il n’y a pas de
raisons stratégiques qui tiennent : il faut uniquement cesser cette inacceptable agression
armée, avant qu’elle ne réduise les villes en cimetières. La douleur dans le coeur, j’unis ma
voix à celle des citoyens ordinaires, qui implore la fin de la guerre. Au nom de Dieu, que l’on
écoute le cri de ceux qui souffrent et que l’on mette un terme aux bombardements et aux
attaques ! Que l’on mise véritablement et résolument sur les négociations, et que les couloirs
humanitaires soient efficaces et sûrs. Au nom de Dieu, je vous le demande : arrêtez ce
massacre !
Je voudrais une fois de plus exhorter à l’accueil des nombreux réfugiés, dans lesquels le Christ
est présent, et remercier pour le grand réseau de solidarité qui s’est formé. Je demande à
toutes les communautés diocésaines et religieuses d’accroître les moments de prière pour la
paix. Dieu est uniquement Dieu de la paix, il n’est pas Dieu de la guerre, et qui soutient la
violence en profane le nom. A présent, prions en silence pour ceux qui souffrent et afin que
Dieu convertisse les coeurs à une ferme volonté de paix.
 

À l’Audience générale du mercredi 16 mars 2022, le Pape a lu la prière composée par Mgr Domenico Battaglia, archevêque de Naples :

À l’Audience générale du mercredi 16 mars 2022, le Pape a lu la prière composée
par Mgr Domenico Battaglia, archevêque de Naples :
« Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de nous, pécheurs !
Seigneur Jésus, né sous les bombes de Kiev, aie pitié de nous !
Seigneur Jésus, qui est mort dans les bras de sa mère dans un bunker de Kharkiv, aie pitié de
nous !
Seigneur Jésus, envoyé au front à vingt ans, aie pitié de nous !
Seigneur Jésus, qui voit encore des mains armées à l'ombre de ta croix, aie pitié de nous !
Pardonne-nous, Seigneur, si, non contents des clous avec lesquels nous avons percé ta main,
nous continuons à boire le sang des morts déchirés par les armes.
Pardonne-nous, Seigneur, si ces mains, que tu as créées pour protéger, sont devenues des
instruments de mort.
Pardonne-nous, Seigneur, si nous continuons à tuer notre frère, si nous continuons comme
Caïn à enlever des pierres de notre champ pour tuer Abel.
Pardonne-nous, Seigneur, si nous continuons à justifier la cruauté par notre fatigue, si par
notre douleur nous légitimons la cruauté de nos actes.
Pardonne-nous la guerre, Seigneur.
Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, nous t'implorons ! Arrête la main de Caïn !
Éclaire notre conscience, que ce ne soit pas notre volonté qui soit faite !
Ne nous abandonne pas à nos propres actions !
Arrête-nous, Seigneur, arrête-nous !
Et quand tu auras arrêté la main de Caïn, occupe-toi de lui aussi. C'est notre frère.
O Seigneur, arrête la violence !
Arrête-nous, Seigneur ! »

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire