St-Vincent de Paul

« Heureux les invités à la table du Seigneur ! »

https://www.la-croix.com/Religion/Heureux-invites-table-Seigneur-Saint-Malo-cene-dun-dimanche-ordinaire-2021-08-11-1201170365

Cène d’un dimanche ordinaire à Saint-Malo
Qu’est-ce qu’une messe dominicale ? Quel est le sens de cette célébration « source et sommet de la vie
chrétienne » ? Comment s’y préparer ? Dans la sacristie de Notre-Dame-des-Grèves, « La Croix » a
rencontré le père Gaël Sachet.
Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) De notre envoyé spécial
Dans la sacristie lambrissée, le père Gaël Sachet enfile la chasuble verte sur son aube tandis que résonne, à peine
assourdie, la volée de Notre-Dame-Auxiliatrice, de « Joseph » et de « Gabriel », les cloches de la tour sud de
l’église qui battent le rappel des fidèles pour la messe dominicale de 11 heures.
En ce matin de fin juin, un trait de bleu coton a balayé le méchant crachin qui brouillait le ciel de Saint-Malo ces
derniers jours. Rue de l’Abbé-Huchet, fondateur de la paroisse à la fin du XIXe siècle, Notre-Dame-des-Grèves
dore son granit moussu au soleil. Elle fait face aux monuments aux morts de Paramé, Saint-Servan et Saint-Malo,
réunis sur la place de Rocabey comme un symbole de l’unification des trois communes qui forment désormais une
même cité de 47 000 âmes.
Celles qui franchissent, par petits groupes, la porte entrouverte du massif édifice néogothique doivent encore se
prêter au lavage des mains au gel hydroalcoolique. Mais depuis la levée quasi complète des contraintes sanitaires,
la vaste nef a repris sa configuration habituelle, avec ses rangs serrés de chaises paillées où chacun peut
retrouver sa place de prédilection.
Sous la lumière apaisante des deux monumentales verrières en vitrail, chefs-d’oeuvre du maître rennais Réault, on
se salue d’un mouvement de tête, d’un sourire, on échange à bas bruit des nouvelles avec son prochain comme on
le fait aux réunions de famille, quand d’autres, recueillis, yeux clos, semblent déjà plongés dans la prière.
Combien sont-ils dans l’assemblée, tournés vers le choeur où trône le maître-autel, imposante table de granit rose
dont l’inscription en face avant proclame en latin : Hoc facite in meam commemorationem, « Faites cela en
mémoire de moi » ?
« Si l’on aime les statistiques, on compte, en moyenne, 200 personnes chaque dimanche de temps ordinaire »,
sourit le père Gaël. Cela peut paraître peu pour une paroisse qui rassemble 12 000 personnes dans ce quartier qui
jouxte le port, au coeur de Saint-Malo intra-muros. Mais Dieu tient-il ce genre de comptabilité ?
« Nous ne sommes pas là pour faire nombre, mais pour faire signe, rappelle le prêtre. Arrêtons de gémir sur la
quantité de gens présents ou non à la messe. Faisons surtout valoir la qualité d’amour fraternel et de joie qui s’y
vit. Oui, heureux les invités à la table du Seigneur ! »
Cet appel, Gaël Sachet, 42 ans, l’a pressenti quand il était encore tout jeune servant d’autel dans sa bourgade
natale de Janzé, à 25 km au sud-est de Rennes (Ille-et-Vilaine). « Un clocher, un curé, une communauté, raconte-til.
C’est dans ce pays Gallo, cette terre de culture chrétienne forte, dans ce terreau d’une vie paroissiale
traditionnelle aujourd’hui en voie de disparition que s’enracinent ma foi et ma vocation. J’ai reçu une invitation à la
table de Jésus et j’ai répondu : oui. »
Ordonné en 2007, il fait désormais partie de l’équipe de prêtres qui, menée par le curé Hervé Huet, officie dans
quatre des cinq paroisses de Saint-Malo et onze clochers, ce qui surcharge vite les agendas. Ainsi, la veille de ce
dimanche, le père Gaël présidait les deux messes de profession de foi – une le matin, une autre l’après-midi pour
cause de Covid-19 –, célébrées en l’église Saint François-Xavier, dans le quartier populaire de La Découverte.
« Des cérémonies un peu particulières parce qu’elles réunissent des familles qui n’ont pas forcément l’habitude de
venir à l’église, ce qui oblige à s’adapter. Mais tomber dans l’habitude peut aussi être un danger. De toute façon, la
table du Seigneur est assez grande pour accueillir tout le monde », souligne-t-il.
Qu’est-ce qui fait que, chaque dimanche, des femmes et des hommes de tous âges, de toutes couleurs, de toutes
conditions, de toutes opinions entrent dans une église pour participer à une messe ? À Saint-Malo comme ailleurs,
chacun aura sans doute ses raisons personnelles.
« Mais la principale, qui nous réunit tous, est que l’on a besoin de manger pour vivre, On vient à la messe, non pas
parce que l’on doit, mais parce qu’on y est convié par le Seigneur et par l’Église. D’abord pour se nourrir de la
présence de nos frères, ensuite pour se nourrir de la Parole de Dieu qui y est proclamée, enfin pour se nourrir du
Pain de vie qu’est le Christ dans l’Eucharistie, avance le père Gaël. Car le pratiquant n’est pas celui qui vient à la
messe, mais celui qui met en pratique ce qu’il entend et vit à la messe. »
Si l’autel occupe la place où tout converge, c’est qu’il est à la fois ce lieu sacré autour duquel se joue le mystère
pascal et l’objet qui le symbolise : pierre du tombeau et table du ressuscité. « Celle à laquelle on ne vient pas
seulement pour recevoir le corps du Christ mais pour le former », appuie le père Gaël. Ce qui suppose que chacun
connaisse son rôle, sans oublier celui qui tient le premier.
« L’assemblée, c’est l’Église avec un grand E, traduction du grec Ecclesia qui désigne “le peuple de Dieu invité”,
comme le rappelle Vatican II, non à assister mais à participer avec toute l’ardeur de sa foi. » Au prêtre revenant la
tâche de rassembler ce peuple dans sa diversité.
« Dès lors que j’endosse le vêtement sacerdotal, je m’efface, poursuit-il. Cela peut paraître prétentieux, mais je me
dis que ce n’est pas moi qui célèbre, mais le Christ qui célèbre en moi. Bien sûr, tout baptisé est configuré au
Christ, mais le prêtre est configuré au Christ tête. C’est pourquoi il est ordonné. Il donne sa vie et prête sa voix et
ses mains pour que le Christ, le Verbe fait chair, puisse continuer, à la table de l’Eucharistie, à livrer sa vie en
partage. »
Pour que cet effacement s’opère, pas de recette secrète mais un lent et patient travail d’écoute
intérieure. « L’inspiration, je la cherche en lisant et relisant les textes. Je les médite, je les prie. J’essaye de
comprendre ce qu’ils me disent et ce que j’ai envie d’en dire. Puis, comme le ferait un journaliste, je cherche les
accroches qui feront mouche pour faire passer le message », confie le père Gaël.
La veille, par exemple, dans son homélie sur l’épisode de la fille de Jaïre, rapporté par saint Mathieu, le prêtre s’est
autorisé un jeu de mots aussi malicieux qu’inattendu entre le nom de Mbappé, buteur malheureux de l’Euro,
et « Aime Jésus ».« Car même si tu n’es pas footballeur, cela te rendra fou d’bonheur », a-t-il lancé à son jeune
auditoire, déclenchant rires et applaudissements des parents.
Une blague à la messe ? On peut s’en offusquer. Ou y voir un hommage discret du père Gaël aux curés de sa
jeunesse dont l’un qui n’hésitait pas à troquer l’aube pour le short et les crampons au club de foot de la paroisse, et
l’autre à employer un langage franc et direct. « Être prêtre, pour moi, c’est tenir cet équilibre : les pieds sur terre, au
service des hommes, les bras au ciel, tenant dans mes mains Celui qui porte le monde. »
Dans la sacristie rendue au silence, le père Gaël ajuste une dernière fois sa chasuble avant de joindre les mains.
Installée au pupitre du grand orgue, Véronique guette, du coin de l’oeil, son entrée. Sur un signe de Gabriel, le
chantre, l’assemblée s’est levée d’un seul mouvement pour entonner le chant d’entrée tandis qu’Arnaud, le servant
d’autel, vérifie une dernière fois que les burettes dont il a la charge sont en bon ordre.
Il est temps pour le célébrant de s’avancer au milieu de l’assemblée. Lentement, il s’approche du choeur, s’incline,
monte les quelques marches qui le séparent de l’autel qu’il contourne pour s’incliner de nouveau et y déposer un
baiser. La messe de ce treizième dimanche du temps ordinaire vient de commencer.

Antoine d’Abbundo, envoyé spécial à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), 

le 11/08/2021 à 14:29 

Modifié le 11/08/2021 à 14:29

 

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire