St-Vincent de Paul

Capture 2

LA CHAPELLE SAINT-LOUIS RETROUVE SON CHŒUR

Près de 450 fin XVIIIe , plus de 100 début XXe , les chapelles étaient encore 80 vers 1985, en pays malouin. Leurs caractéristiques et leur évolution en ont fait des témoins irremplaçables de l’histoire et de la société. D’autant que leur profusion s’est drastiquement réduite, leur affectation s’est parfois déplacée vers des usages commerciaux ou immobiliers, leur existence même a été, souvent, arrêtée, malgré le travail tenace effectué, notamment, par l’association de sauvegarde des chapelles du Pays Malouin qu’anima longtemps Louis Pottier. Son œuvre est aujourd’hui poursuivie par sa fille, France Hourrière, et ses amis. À Saint-Malo, que reste-t-il de cette histoire forte, ancrée dans la foi populaire qui fit le quotidien des Malouins, pendant des siècles ? Il est une, survivante justement, active toujours et publique : la chapelle Saint-Louis, sise au n° 3 de la rue Ville Pépin, en retrait et légèrement en contrebas. Mais ce sont la rue et les alentours qui ont été rehaussés après la Révolution. La façade en est extrêmement simple, avec un oculus circulaire au-dessus de la porte. En ceci, Saint-Louis est une chapelle classique, certes plus grande que la normale : en général, 12 m sur 5-6 m, et 8-9 m de haut, à la pointe du pignon. Toujours orientée nord-est à sud-est, avec un autel positionné à l’est, dans 75 % des cas, et un campanile, un clocher ou rien. Les chapelles étaient encloses, mi-encloses, publiques… Saint-Louis, qui s’appela d’abord L’Immaculée Conception de la Sainte-Vierge, fut bâtie en 1612-1613 avec le couvent des Capucins, qui compta jusqu’à 40 frères franciscains et se développa en bâtiments, dépendances, jardins… On y édifia, notamment, le collège Charcot et la mairie de Saint-Servan. La chapelle, alors église du couvent, était plus profonde : il n’y reste que 3 chapelles latérales, il y en avait 4, et le nombre de stalles a été réduit. C’est ce qu’en ont déduit Dominique Bienaimé et ses compagnons des Ateliers de la chapelle. Labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant, cette société est appelée sur les sites les plus prestigieux du mobilier et des grands décors menuisés. Ainsi boiseries, plancher, stalles, décors sculptés, tout a été déposé ici, retravaillé à l’ancienne dans leurs ateliers du Maine-et-Loire et tout est réinstallé jusqu’à la fin mai… Saint-Louis renaît.

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire